Dans le cadre de l’organisation interne au sein d’une entreprise, un service spécial est chargé de « l’entretien et de la nettoyage de surface » au niveau de chaque département. Des personnels chargés d’effectuer le nettoyage de l’espace de travail et des équipements sanitaires ont été affectés au sein de ce service de nettoyage et qui sont appelés , ainsi, des personnels de service. Cette catégorie du personnel est, parfois, classée au même titre qu’un manœuvre spécialisé et peut jouir ainsi tous les droits s’y rattachant ainsi que d’autres avantages sociales telles qu’une prime de salissure ou des primes d’assiduité selon le cas d’une entreprise.

Des matériels d’entretien sont mis à la disposition du service de nettoyage

En avant premier, le chiffon blanc entre dans l’ensemble des fournitures de chiffon textile consommé à imputer dans le rubrique « chiffon d’essuyage », par le service. Toutefois, en tant que tel, il est plus qualitatif pour être qualifié d’un gage de propreté. Il provient essentiellement des blanchisseries industrielles. Une autre catégorie dénommée « chiffon non tissé » entre dans la composition des consommables des chiffons d’essuyage. Il a la qualité d’être fort absorbant, extra léger et en parfait état en permanence dans tous les travaux d’essuyage professionnelle au sein du service de nettoyage. En outre, on peut aussi remarquer le « non tissé » qui est, en fait, du textile non tissé réalisé à partir d’une mélange de fibres de synthèse telle le PBT ou polytéréphtalate de butylène, le PP ou polypropylène, et le PE ou le polyéthylène. Ainsi, le fait d’acheter des chiffons d’essuyage requiert de la part du service d’approvisionnement en stock une certaine parfaite maitrise du contrôle qualité et de l’inspection des caractéristiques du chiffon proposé.

L’achat des matériels d’entretien s’effectue auprès d’un grossiste

En effet, la quantité des matériels d’entretien et de nettoyage nécessaire pour une semaine est évaluée par projection des consommations moyennes journalières au sein du service. Il est évident que la quantité requise en matière de chiffon d’essuyage pour une consommation mensuelle se détermine par l’application d’une règle de proportion par rapport à la consommation moyenne journalière. La consommation peut etre groupée par semaine et par catégories d’articles ou par mois afin de prévoir un achat groupé auprès d’un magasin grossiste spécialisé. Au fait, cette méthode d’approvisionnement permet de bénéficier une remise des prix du vendeur au profit de l’entreprise et contribue à la mise en place d’une procédure réglementaire de toutes les utilisations des chiffons d’essuyage et qui facilite les taches du service de contrôle des dépenses engagées dans l’entreprise.

Une utilisation rationnelle des matériels d’entretien s’impose

Par contre, contrairement à ce qui s’est dans la procédure adoptée lors de l’approvisionnement en matériels d’entretien, au cours de l’utilisation, une méthode de rationnement doit être appliquée dans la distribution de ces matériels pour chaque unité ou groupe d’employé de service intervenant dans l’accomplissement du service de nettoyage. Il s’agit, à juste titre, de dresser une fiche d’utilisation nominative pour chacun des agents affectés au service intéressé à partir de laquelle on peut faire un décompte prévisionnel, par projection des consommations hebdomadaires, des besoins mensuels et ainsi de suite, et surtout de parvenir à une vérification périodique des éventuelles utilisations abusives qui peuvent pénaliser l’entreprise.

En somme, on peut dire que le fait «d’acheter des chiffons en gros » n’est pas suffisant pour une meilleure gestion des matériels d’entretien au sein de l’entreprise, l’adoption d’une méthode rigoureuse s’avère nécessaire pour permettre à une supervision de l’approvisionnement et une inspection des utilisations pour éviter d’avoir des conséquences néfastes sur la trésorerie de l’entreprise.